Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2009.12.11

Blanc en Bleu de chauffe (pour les Reds ?), Aulas au balcon

footlog 2009 - Depuis 2006 la cause semblait entendue : La Dèche allait étoffer son palmarès à la Juve le temps que Ray Sugar Domenech termine son mandat, puis prendre le relais en douceur. Laurent Blanc ? Trop tendre, pas fait ses preuves, tout juste utilisé pour renforcer l'illusion de débat autour de la succession de Santini... Peut être à horizon 2012-2014...?

Trois ans après, la donne a changé :

- Tonton Raymond nous la joue Tatie Danielle avec le soutien d'une Fédération Française de Fantoches de plus en plus ridicule

- DD a perdu une partie de son éclat, enchaînant une sortie en queue de poisson de Turin, un congé sabbatique un peu long, et une replongée dans l'enfer marseillais pour le moment mi-fugue mi-raisin. L'échec en Champions League peut néanmoins se gommer en cas de triomphe national ou en Europa League.

- Le Président est plus que jamais présidentiable, et figure désormais en tête de liste à la fois pour la Sélection et pour la succession de Sir Alex Ferguson à Manchester United.

Bien sûr, Lolo n'est pas du style à courir le cachet. Mais franchement, à sa place, j'éviterais pour le moment le marigot des Bleus. Même avec une primes de qualif' à 800.000 euros. Et même si les Reds sont financièrement dans le Rouge. Blanc peut signer où il veut quand il veut pour le montant qu'il veut. Il signera pour un véritable projet sportif, que la FFF est aujourd'hui incapable de garantir.

Domenech ? Ce n'est pas lui le coeur du problème - et qui sait, ce grand comédien peut toujours partir sur un coup de théatre tonitruant (une victoire en Coupe du Monde à l'insu de son plein gré ?). Non, avant toute chose, il est grand temps que la bande d'amateurs au "pouvoir" prenne la poudre d'Escalettes et laisse la place à de vrais pros, c'est à dire de vrais amateurs. De football.

... et donc certainement pas à Jean-Michel Aulas, qui vient de faire acte de candidature à la reprise en main du navire bleu. Le cas typique du syndrôme Claude Bez : l'hyper-président de club reconverti sauveur de la nation après avoir flingué un hypo-président de Fed totalement largué.

20 ans après, la France revient donc à la case départ.

Petite différence : elle a depuis gagné une Coupe du Monde et participera même à la prochaine, avec des joueurs que tous les grands clubs s'arrachent.

La situation est donc gravissime, mais pas désespérée.