Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2012.04.16

Evaeverson Lemos da Silva

Evaeverson Lemos da Silva est-il grand?

Sous la toise, d'abord. Son mètre quatre vingt neuf peut être comparé au mètre quatre vingt douze de son pendant au PSG: Guillaume Hoarau, un type nettement plus mince, qui avec ses longs bras et compas passe pour un faucheux dans les surfaces de L1.

Rayon stats, ensuite. Brandao et Hoarau ont chacun décroché un trophée de meilleur buteur peu reluisant: l'Ukraine avec 15 pions pour le premier (au Chakhtar Donetsk en 2006), la Ligue 2 avec 28 buts pour le second (au Havre en 2008). Dans l'élite française, Brandao (31 ans) performe moins bien que son plus jeune rival (28 ans) au niveau personnel, avec une meilleure saison à 13 buts contre deux à 20. Le collectif compense néanmoins: le Brésilien bénéficie de la dynamique Deschamps à l'OM, et vient d'ajouter à son titre de champion 2008-2009 une seconde Coupe de la Ligue*, contre une seule Coupe de France pour le Réunionnais.

Au niveau du jeu, maintenant. Brandao comme Hoarau ont conscience de leurs limites, mais aussi de leur valeur ajoutée dans une équipe, et de leur capacité à faire faire la décision. Toutefois, le premier s'impose par sa seule puissance, tandis que le second dispose d'une palette bien plus large, et contribue parfois même trop au travail défensif. Et si Hoarau peine à percer en sélection, Brandao n'aura jamais l'occasion de porter le maillot auriverde.

Sur le plan humain, de gros doutes planent sur Brandao depuis sa sordide affaire de moeurs. Et de son côté, Hoarau passe pour un très (sinon trop) chic type, toujours prêt à se sacrifier pour l'équipe.

Evaeverson Lemos da Silva est-il grand?

Un bon soldat, sans doute. Mais pas vraiment un modèle.

footlog 2012

Nouveau: rejoignez footlog sur Twitter (@footlogbis)

* Ravi que Aulas se prenne une claque sur le coup. Dommage pour Remi Garde, mais je soutiendrai l'OL contre Quevilly parce que je préfère voir Lyon booster l'indice UEFA national... et le LOSC en Ligue des Champions, si Eden reste.

2008.05.12

Motivés

Francis Gillot et Antoine Kombouaré ont sauvé leurs clubs respectifs de la relégation et n'ont plus rien à craindre pour la dernière journée.

Si ce n'est de voir le club de leur coeur rétrogradé en Ligue 2.

Et dans cette perspective, l'un comme l'autre ont un rôle essentiel à jouer : le Sochaux de Gillot pourrait faire le jeu de Lens face à Paris, et le Valenciennes de Kombouaré le jeu du PSG face à Toulouse.

Toulouse comme Paris espèrent de leur côté que Lyon ne tuera pas trop rapidement le suspense à Auxerre histoire de démotiver les Bordelais à Bollaert.

Reste le cas épineux des joueurs du PSG. A l'heure de livrer le match le plus important de l'histoire du club ces grands garçons sauront-ils trouver la motivation ailleurs que dans une vulgaire, sonnante et trébuchante prime ?

Vulgaire, on sait faire - demandez aux Ch'tis ce qu'ils pensent des banderoles maison.

Sonnant, on connait aussi - demandez à Colony Capital ce qu'il pense de son retour sur investissement dans le troisième budget de Ligue 1.

Trébuchant, on n'est pas non plus en terre inconnue - demandez à Ceara ce qu'il pense de sa note artistique contre Caen.

Motivés, les joueurs du PSG le seront pour le Grand Match - celui qui sera retransmis en direct sur une chaîne gratuite, celui qui donnera droit en cas de victoire à une ligne de plus au palmarès, cette finale de Coupe de France qui facilitera plus certainement leur transfert hors de cet enfer qu'un matchounet tristounet décidant du maintien du doyen de L1 l'année du retour du doyen des clubs français en L1.

A propos...

Un Parisien motivé par le maintien, ça existe. Il paraît que Guillaume Hoareau a bien dormi samedi soir. On lui souhaite d'en faire autant samedi 17 mai.