Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2009.09.23

Scoop : Flavio Briatore au PSG !

Exclusif : avec la complicité de l'Agence Fausse Presse, footlog est parvenu à interviewer Flavio Briatore à sa sortie de la Fédération Internationale de l'Automobile où il vient de se voir notifier son expulsion à vie du monde de la Formule 1 suite au scandale de l'accident provoqué au GP de Singapour 2008.

footlog: "Alors Flavio, pas trop amer ? Renault s'en tire avec un sursis et vous donnez l'impression de jouer le rôle du fusible idéal..."

Flavio Briatore : De toute façon j'avais fait le tour de la question - plusieurs centaines de fois le tour de chaque circuit pour être précis... La F1 commençait sérieusement à me sortir par les oreilles et d'ailleurs je suis à moitié sourd avec tous ces bruits de moteurs. Je devenais dingue après toutes ces années : j'en étais arrivé à chronométrer mes pauses pipi, c'est vous dire ! Non, la F1, c'est fini pour moi, terminé, basta !

footlog : "On passe à autre chose, donc. Mais quoi ? Vous dirigez avec Bernie Ecclestone le club londonien des Queen Park Rangers, et Lakshmi Mittal vous a rejoint avec tous ses milliards... Le Big Four de la Premier League peut commencer à se faire du mourron, non ?"

Flavio Briatore : Non. La Premier League aussi c'est fini. A partir du moment où je suis banni d'un sport je ne peux plus diriger un club là bas. Et puis Manchester City aussi a levé des milliards, la concurrence est trop forte. C'est ici que je veux et vais réussir (NB: il montre le sol de la Place de la Concorde où siège la FIA).

footlog : "Ici à Paris ? Vous allez reprendre le PSG ?"

Flavio Briatore : C'est mon objectif. Et si ça se fait pas je construirai quand même un stade ici-même. Alain Prost a bien paradé sur cette place dans sa McLaren pour fêter son titre, et les tribunes pourraient servir aux défilés du 14 juillet, pourquoi pas ? Mais le PSG ne peut pas m'échapper, je suis très confiant.

footlog : "C'est un gros scoop ça, Flavio ! Vous avec déjà commencé à négocier avec les actionnaires du club ?"

Flavio Briatore : J'ai déjà rencontré une demi-douzaine de dirigeants, un à chacun de mes passages dans votre belle capitale. Marrant, ils ont tous le titre de président à Paris ! Et je peux m'entendre facilement avec les actionnaires : Colony Capital et moi sommes complémentaires. Eux sont experts en immobilier et moi en sport. Et il y a du potentiel dans cette équipe...

footlog : "Quels sont à vos yeux les meilleurs atouts sportifs du PSG ?"

Flavio Briatore : Le club a des joyaux sous-exploités. Tenez Ceara, par exemple. Vous vous souvenez de son coup de génie contre Caen ? Ce joueur saura parfaitement se crasher artistiquement dans les panneaux publicitaires. Non seulement on manipule le résultat du match mais en plus on fait une fleur à un sponsor. Win-win-(et comme d'habitude avec le PSG) lose. Il faut aussi mieux capitaliser sur les anciens joueurs : Bernard Mendy a une dynamique formidable et une capacité d'aspiration phénoménale - j'ai encore en mémoire son dépassement de Roberto Carlos dans la chicane droite du Stade de France en sixième vitesse, une merveille. Ce type est capable de supporter une bonne centaine de G de pression.

footlog : "Une centaine ? Vous n'exagérez pas un peu sur ce coup ?"

Flavio Briatore : Pas du tout. Bernard est tout à fait en mesure de résister aux sifflets de 100 abonnés de la tribune G. Bon, je suis un peu moins sûr pour Boulogne et Auteuil mais il ne joue ni dans les buts ni dans l'axe donc pas de problème pour lui.

footlog : "Au niveau recrutement, à part le retour de Mendy, vous avez d'autres noms en tête ?"

Flavio Briatore : L'entraîneur. Il me faut un expert et je ne vois personne de mieux qualifié que Jean Todt.

footlog : "Jean Todt ? Mais il ne connait rien au foot !"

Flavio Briatore : Comme moi d'ailleurs ! Mais là n'est pas la question. Avec lui les joueurs vont enquiller les tours de piste sans rechignier. Et puis personne ne gèrera avec autant d'autorité et d'efficacité la profondeur de notre banc : Jeannot sait sélectionner les joueurs par un simple jet de pièce en l'air.

foolog : "Le projet semble parfaitement cohérent, en effet... Flavio Briatore au PSG, on peut donc annoncer le scoop à nos lecteurs ?"

Flavio Briatore : Avec ma bénédiction ! Mais faites vite : Sarkozy essaye de me prendre de vitesse en plaçant le club chez son ami Arnaud Lagardère. Le petit veut relancer le Matra Racing de son père avec Luis Fernandez et Alain Prost au volant.

2007.12.12

Rayon de soleil

Retour sur le geste technique du Brésilien Ceará face à Caen.

1er décembre 2007, 75e minute du match PSG-Caen. Marcos Venâncio de Albuquerque Ceará improvise un dribble défensif face au caennais Nicolas Florentin. Son extérieur du pied se scotche contre le ballon et le joueur réalise presque sans élan un soleil parfait dans la nuit parisienne. Sans même prendre le temps d'admirer la figure, l'attaquant adverse récupère le cuir et s'en va crucifier Landreau, enfonçant par là-même le club de la capitale dans la zone de relégation.

Ne nous y trompons pas, il s'agit ici d'un geste fondateur. Bien sûr, on savait déjà les footballeurs brésiliens artistes, mais ici... "La Ceará" élève la "toile" au rang de spectacle vivant aux dimensions inédites. Bien sûr, le basculement improbable d'un sangerminois hirsute évoque l'envolée mythique de Charles-Edouard Coridon face à Porto (le but é-talon d'un grand dadais coiffé à l'électricité statique), mais ici... Ce happening hors norme devant quarante mille témoins ébahis relève de la performance gratuite, du don total, encore plus abouti que le but contre le camp.

La figure invite à la réflexion, à la poursuite du mouvement. Si l'on peut regretter que Florentin n'ait pas fait fructifier l'offrande par l'équivalent footballistique du dunk ennebiéen, son but ouvre et clôt le score d'un match par ailleurs insipide, le contractant aussitôt à ce moment de grâce, à ce fait de jeu génial ou le tragique fusionne avec le comique, où tout ce qui fait la magie du club parisien rejaillit comme dans le bouquet final d'un magistral spectacle pyrotechnique.

Brusquement, tout devient secondaire. Plus question de se retourner contre le calendrier, la chance de l'adversaire, la météo, la complaisance de l'arbitre, la compétence de l'entraîneur, la faiblesse du président, l'impatience des supporters... non, ici, l'art parle de lui-même, le Paris Saint Germain accède à une nouvelle dimension au-delà du bien et du mal, et le soleil de Ceará bouleverse tout ce que l'on savait du cosmos (au sens fort, bien au-delà du Bronx) et des trous noirs (au sens fort, bien au-delà de la crisounette annuelle du club).

Le PSG nouveau n'a plus de stars ; il a une supernova.