Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2007.03.19

Epine calcaneenne

Au tour de Sammy Traoré de ceindre la Tiare de sang, véritable fil rouge de cette saison maudite pour les Parisiens*.

La poisse n'explique pas tout : cette équipe ne parvient à se libérer que lorsqu'elle se retrouve menée au score suivant un schéma bien réglé : un premier but encaissé dès la première attaque adverse, un second juste avant la mi-temps. Mais hier, Rennes a échoué face à Landreau jusqu'à la 75e minute, et les joueurs de la Capitale ont attendu en vain le second pion avant de réaliser qu'il ne restait plus que 10 minutes et qu'ils étaient là pour jouer et se bouger un minimum...

J'aimerais bien pouvoir bouger un minimum, moi aussi... mais depuis un tacle assassin récolté pendant la dernière victoire du PSG au Parc**, je suis incapable de marcher normalement. Il s'agit d'une épine calcanéenne ; une excroissance osseuse, comme une corne de rhinocéros partant du dessous de mon talon gauche et venant titiller les tendons du quartier. Bonus : une fracture décelée à la seconde radio. Marrant ; je me découvre des os surnuméraires à chaque passage aux rayons X ! Seulement jusqu'à présent ils se trouvaient côté pile de mon pied - un excellent alibi pour avoir des pieds carrés sur le terrain au demeurant. Ici, c'est comme si j'avais un crampon naturel à l'intérieur de ma chaussure - on n'arrête pas le progrès.

On n'arrête pas la chute du PSG non plus. Mais eux, c'est au cerveau que ça se passe. Je doute fort que Sammy Traoré et ses amis souffrent de neurones surnuméraires, mais il y a comme une grosse épine bien installée au milieu de leur crâne, et qui les empêche de penser à autre chose.

La trêve internationale permettra certes de panser les nombreuses plaies physiques accumulées par le groupe, mais je le vois mal battre Lens à la reprise. Au rythme auquel vont ses concurrents, le PSG risque de se retrouver bientôt dernier avec plus de 3 points de retard sur le dernier non reléguable.

Là, peut-être les joueurs finiront-ils par réaliser que cette épine n'est pas constituée d'os mais de leurs propres idées noires. Dramatiser ne sert plus à rien ; on y est, autant prendre du plaisir et s'amuser en profitant de la Ligue 1 tant qu'elle est là. Et qui sait ? à force de s'amuser ça finira peut-être par rigoler.

 

* Précédents récipiendaires : Rothen (20060806 - "Paris est magique") et Landreau (20060901 - "PSG-OM : la Ligue 1 aux tirs aux buts")

** cf "Casse-pieds" (20070211)

2007.03.12

Fluctuat nec mergitur ? Y a-t-il un maire pour sauver le PSG ?

Le vieux lion fait ses adieux télévisés, mais si Jacques Chirac s'en va mener des combats justes (contre le réchauffement climatique, contre le choc des civilisations, contre le choc des menottes autour de ses propres poignets...), sauver le PSG ne figure plus parmi ses priorités.

Grand serreur de paluches devant l'éternel, ce maire savait jouer de la fibre populaire, tâter le croupion du footballeur dans le vestiaire sous l'oeil attendri des éleveurs, défendre la PAC (PSG d'Attaque Continentale) dans les joutes européennes, décreter l'union sacrée quand le club était menacé.

Les temps ont changé : Bertrand Delanoë se lave les mains pendant que ses adjoints gèrent tranquillement la mise en bière du club, et Notre Dame de Paris veut débarrasser la Porte d'Auteuil de sa cour des miracles. Les effusions viriles sur le pré l'indisposent, tout comme ces 4x4 de luxe parqués au Camp des Loges. En Ligue 2, les joueurs se mettront au vélo. Et les supporters se trouveront d'autres passions. L'important est de dégager la piste puisque, comme le tramway des boulevards extérieurs, la cession du PSG à Colony Capital se résume à une opération immobilière sous couvert de nobles sentiments.

Car le maire ne compte pas pas prolonger Paris Plage par un désert à Auteuil : un beau complexe marchand et de jolis concerts remplaceront définitivement cette ringardissime foire à la ferraille et aux jambons. Exit le Stade Français, exit le PSG. Les gens du village cèderont la place aux Village People. Colony Capital retrouvera ses billes quoi qu'il advienne. Si son projet voit le jour, il pourra sportivement laisser échapper quelques dizaines de millions d'euros. Le PSG peut toucher le fond, le fonds finira par toucher.

Paris a perdu hier. Face à un club du terroir sur le chemin du retour du Salon de l'Agriculture ; un troupeau d'Auxerrois venus paisiblement brouter l'herbe verte de la nouvelle pelouse du Parc. Car en se débarrassant d'un champ de pomme de terre, Paul Le Guen s'est privé de sa spécialité AOC, la fameuse Patate de Pencran. Les jeunes pousses bio ont certes de la saveur mais restent tendres. Youssouf Mulumbu, Clément Chantôme et Mamadou Sakho auront du temps de jeu en Ligue 2. A ces Gavroches des années 2000 de faire aussi bien que les Minots des années 1980.

Paris a perdu hier. L'occasion de sortir de la zone rouge avant deux périlleux déplacements à Rennes et Lens, sans oublier un épuisant combat à Lisbonne face au Benfica.

Paris a perdu hier. Quand ses concurrents directs gagnaient.

Paris a perdu hier, et perdra vraisemblablement encore demain.

Paris peut encore se sauver. Malgré lui, malgré ses édiles. Le combat de la remontée est déjà engagé.

Le 7 avril prochain, après la réception du Mans, le club aura déjà une idée assez claire de ses chances de survie.

 

2007.03.06

L'OM perd sa coupe aux grandes oreilles et son âme

Ni RLD ni Kachkar n'assisteront à la présentation de leur opération rachat devant la DNCG le 7 mars prochain. 

Amstramgram, ce sera toi qui t'y colleras : le Pape Benoît 13 a été chargé de tenir la jambe des hautes instances de la phynance footballistique française. Lui qui n'a aucune bille dans l'affaire, mais la gentillesse de passer pour une bille à chaque fois qu'on le lui demande.

Le club phocéen semble paradoxalement plus mal en point que son rival parisien, pourtant à la porte de la Ligue 2 et même à la rue après sa semaine désastreuse*. Quand le PSG peut faire bloc derrière ses leaders historiques (Cayzac, Le Guen), les Marseillais Sans Direction Fixe observent s'envoler l'âme de leur club, et avec elle son plus prestigieux trophée, la réplique de la Coupe d'Europe 1993 dérobée cette nuit.

De quoi raviver les complaintes paranos du côté de la Canebière : tout se ligue contre l'OM, à commencer par la Ligue elle-même. C'est à Frédéric Thiriez que l'on doit la convocation du 7 mars et l'enquête diligentée sur le mystérieux Jack K., dont le projet ressemble de plus en plus à du Canada Dry.

Pour sauver ce qui peut encore l'être, je suggère de fusionner ces deux clubs prestigieux en n'en conservant que le meilleur : en hommage à leur glorieux passé en Coupe de France, mais aussi en hommage à l'abnégation de dirigeants opérationnels amoureux de leur club mais baladés par des actionnaires fantômatiques, je propose d'appeler ce nouveau club l'"Olympique de Pantins".

 

* le PSG a sacrifié son rayon de soleil de la Coupe en vain sur l'autel du maintien (Nantes aura fait un bien meilleur calcul en jouant sa carte à fond sur les deux tableaux), et comme si ça ne suffisait pas, ses pseudo-supporters se sont trouvé de nouveaux terrains de jeu adaptés à la Ligue 2 (hooligans d'Utrecht à Sedan) et à la CFA (tribunes dévastées lors du derby contre le Red Star)

2007.02.26

Paris perd, vernis Verts

C'était écrit*, le PSG ne pouvait pas accumuler impunément les coups de chance éternellement. Le match contre l'ASSE, trop bien écrit à l'avance (grand match du dimanche soir après une série de quatre victoires, face à un bon client jamais rentré vainqueur du Parc), sentait le piège à plein nez et le club de la Capitale a logiquement rechuté, enrhumé sous des trombes d'eau par les contres foudroyants des Ilan & Co.

Landreau aura bien dégainé sa parade quotidienne mais en face, Jérémy Janot s'est contenté de laisser sa barre et ses défenseurs faire le boulot. Même ses attaquants s'y sont mis, Pascal Feindouno sortant une prestation à la Roberto Carlos des grands soirs, la cacahuète sous la barre en moins. Bafetimbi Gomis, peu inspiré hier soir, a failli récolter un pénalty en sa faveur. Le pénalty eût été mérité mais le 3-0 sévère pour Paris, mis KO à quelques secondes de la mi-temps par une jolie bicyclette d'Ilan, un joueur décidément précieux, élégant et efficace que j'aimerais voir plus souvent au Parc, sous un autre maillot.

Hier, le PSG n'a pas sombré et reste même, à la différence de buts, au-dessus de la ligne de flottaison en L1. S'il joue comme ça dans ses jours sans, il peut être déçu mais pas inquiet. Il sera en revanche et l'un et l'autre s'il décide de perdre son prochain match à Sedan.

 

 

* cf "Iberesexuels et Calcio : vieilles casseroles et nouvelles recettes" (20070218)

2007.02.11

Casse-pieds

La blessure a eu lieu juste après le 3e but parisien. La victime de l'agression avait beau se tordre de douleur sans simuler, les caméras de Canal+ s'obstinaient à filmer le jeu qui continuait comme si de rien n'était.

Il faut dire que la victime de l'agression gisait à quelques centaines de mètres du Parc des Princes, dans son appartement, lâchement tâclé par un objet contodant alors qu'il s'apprêtait à décrocher son téléphone. Heureusement, ce matin, la radio n'a décelé qu'un vilain hématome là où la victime redoutait une fracture du tarse. La blessure à l'amour propre, elle, mettra plus de temps à se résorber : cet épisode ne fait pas honneur à votre serviteur, déjà blessé dans des conditions fort suspectes en fin de saison dernière*.

On n'a pas idée d'appeler au milieu d'un PSG - Monaco. D'autant que pour changer cette année, la Principauté s'affirme comme la seule victime consentante du club de la Capitale : au match aller (le 2-1 relaté dans ces pages**) comme au match retour (4-2 hier).

Finalement, je ne suis pas fâché que les loupes de Canal aient loupé ce tacle assassin, et que ma webcam soit sagement restée dans son tiroir. Je n'aime guère voir les images de Djibril Cissé dans le rôle de la victime (sous le rouge de Liverpool comme sous le bleu de la sélection) comme dans celui du blesseur (Carlos Yepes a décidément la cheville bien souple).

Quant au casse-pieds qui m'a donné ce coup de fil maudit, c'était quelqu'un qui venait d'apprendre le 3e but parisien à la radio et m'appelait pour me féliciter. Comme si j'y étais pour quelque chose ! A moins que dans un ultime transfert post-mercatoïen, Cayzac ait réussi à me refiler la scoumoune qui sévissait dans son club.

Finement joué, Président.

 

* peu glorieux inventeur de la blessure en rêve - cf "Dans de beaux draps" (20060515)

** cf "Y'a pire ailleurs" (20060918)

2007.01.14

Brocante au Parc des Princes

Je suis passé faire un petit coucou au Parc des Princes hier après-midi vers 15 heures, en voisin. On m'avait dit qu'il y avait un match de foot mais j'ai dû me tromper de jour. Hier, je suis tombé sur l'une de ces brocantes supposées rentabiliser le stade deux-trois fois par an.

On pouvait acheter des journaux d'archives du siècle dernier, à l'époque révolue où l'Olympique Pantin, le Red Star et le PSG trustaient les titres. On bradait des stocks de maillots du PSG, et il y avait même une tombola pour gagner le tour de France des stades de Ligue 2. Offert par Emirates Airlines, même si la plupart des trajets se feront en bus ou en train.

La brocante a visiblement été un succès. J'ai croisé plusieurs milliers de personnes dans les tribunes, et il y en avait même 22 sur le terrain : un type en jaune qui a sorti au bout d'un moment un des onze types en blanc, et onze gusses avec un maillot du PSG.

Aux infos du soir, j'ai appris qu'il s'agissait de joueurs de football, des professionnels même. Paris Saint Germain face à Valenciennes, il paraît, et les équipes premières s'il vous plaît.

Valenciennes n'a gagné que 2 à 1. Pourtant, c'était bien le PSG en face, et VA ne s'est fait expulser qu'un joueur et siffler qu'un pénalty contre. Pitoyable.

Ce n'est pas comme ça que les nordistes vont se maintenir en Ligue 1.

2007.01.07

Bravitude et zen attitude

Pour préparer au mieux la venue des crocodiles nîmois au Parc, Alain Cayzac a fait appel à un crocodile des courts, Yannick Noah. Dix ans après sa Rapid intervention contre Vienne, l'ex vainqueur de Roland Garros signe même pour un bail de plusieurs mois.

Les spécialistes de tennis noteront que Noah ne jouait pas en Lacoste et n'avait pas vraiment le jeu d'un crocodile de fond de court, mais la partie s'annonce plus facile qu'une finale de Coupe d'Europe. Si la Coupe Dévisse à domicile contre un club de CFA, c'est à désespérer le bilan court.

En 1996, Luis Fernandez avait dû accepter l'intrusion du showman à contre coeur mais aujourd'hui, le malin Guy Lacombe présente la chose comme si le Docteur Noah avait été invité au chevet du président du PSG, un peu déprimé ces derniers temps. Le club, les joueurs et le staff se portent comme un charme, merci pour eux. Avec leur talent et leur "bravitude", il soulèveront des montagnes et triompheront des plus hautes murailles... en attendant qu'un autre vieux grognard de la finale au Stade du Roi Baudouin prenne le relais (Paul Le Guen ?).

2006.12.14

Bonaventure et ligne de vie

S'il a en commun avec Susic ou Rai un petit air timide, il n'a encore jamais vraiment laché les chevaux aux Parc. Son festival contre le Panathinaïkos (deux pions et une passe décisive) restera-t-il un feu de paille semblable au somptueux match d'ouverture face à Metz l'an dernier ? Son tour de chauffe aura-t-il simplement duré plus longtemps que celui de ses glorieux prédécesseurs ?

Bonaventure Kalou mérite de s'épanouir. Le football nous emballe avec des joueurs comme lui au sommet de leur art. Et Paris avait bien besoin qu'on parle de beau jeu. Pour ces quelques moments de douceur dans un monde de brutes, merci Bona.

Bon. Tout cela ne résoud pas le fond du problème. Les hooligans ont été provisoirement escamotés du paysage et finiront bien par se trouver un autre terrain de jeu. La réalité n'est pas comme ces journaux télévisés où pour ne pas déprimer la ménagère de moins de 50 ans, une bonne nouvelle doit nécessairement reléguer chaque série noire aux archives de l'INA.

2006.11.25

3 obus et 1 coup de feu

Même à 13.000 km Paris sent la poudre.

Passe encore pour les deux nouvelles défaites enregistrées par le club depuis mon départ pour Séoul, non-événements sans la moindre importance (les défaites, pas mon départ).

Je parle ici de poudre au premier degré.

Un (ou deux) coup(s) de feu aurai(en)t été tiré(s) à deux pas des Trois Obus. Du côté de la Porte de Saint Cloud, pas de Verdun. Je précise à l'attention des néophytes : "Aux Trois Obus" c'est le nom du zinc le plus blindé du quartier (pour vous dire : il a même résisté plusieurs années à la bedaine de Jean-Michel Moutier...).

Si j'en crois les médias nationaux et internationaux, une "ratonnade" aurait dégénéré (c'est possible - après tout il s'agit du PSG) et un supporter aurait été accidentellement tué par un policier en civil venu protéger la victime de l'agression raciste... avant de se retrouver lui-même victime d'une agression raciste.

Une chose est sûre : par l'odeur alléché, Maître Sarko décide de ramener sa fraise devant les caméras pour voler au secours de la veuve, de l'orphelin et du policier en civil. L'heure est effectivement grave : un homme est mort et la foule hostile a appellé à voter Le Pen.

Vu d'ici, les primaires de l'extrême droite viennent peut-être de commencer.

 

Moralité : y'en a pas. Le PSG se retrouve Hapoël, le foot en deuil et l'amateur de football, honteux et confus, jura mais un peu tard qu'on ne l'y prendrait plus.

 

 

 

2006.11.15

Face à Pauleta

Décidément, FF sait recevoir. Non content d'héberger gratuitement ces misérables blogules, mon hebdo favori m'a invité à rencontrer Pedro Miguel Carreiro Resendes en son jardin (vaste pelouse de 2 hectares, pas de fleurs mais 46.000 sièges multicolores du plus bel effet, et le tout à un jet de fumigène de la Porte d'Auteuil).

Autour d'un bon déjeuner sur les terres d'Alain Cayzac (qui nous gratifia d'un coucou amical), les amateurs de beau jeu conviés à ce Face aux Lecteurs de France Football ont à tour de rôle confessé un penchant commun pour le club de la capitale. Résultat de cette réunion style Alcooliques Anonymes : le club peut s'en sortir s'il persiste dans sa voie actuelle. La seule. La vraie. L'éternelle.

Pauleta, lui, est incurable.

Il ne peut pas se passer du but. Et il ne peut pas se passer d'être un type bien.

Si vous en doutez encore, consultez la Bible de mardi prochain.

 

PS : deux avants-centre se cachent sur cette image (votre serviteur derrière son appareil photo). J'en profite pour demander à Bernard Pivot comment s'écrit le pluriel d'"avant-centre"... Une chose est sûre : pendant la Coupe du Monde, Pedro n'a reçu qu'un seul centre. De la part de Figo à la 3e minute de Portugal-Angola*. En revanche, Christiano Ronaldo n'aura eu de cesse de se mettre en avant devant les caméras.

* cf "Non persevare diabolicum" (20060612)